La Salle des herbiers, musée de Jean Le Gac

55,00 

salle-des-herbiers-jean-le-gac-3
La Salle des herbiers, musée de Jean Le Gac (2000)La Salle des herbiers, musée de Jean Le Gac (2000)

La Salle des herbiers, musée
de Jean Le Gac (2000)

Format 18 x 27,5 cm, 24 pages
ISBN : 2-908092-21-2

Exemplaires numérotés sur Rivoli (250 exemplaires) : 35,00 €



Catégories : ,

Description

La Salle des herbiers, musée
de Jean Le Gac (2000)

Format 18 x 27,5 cm, 24 pages

Exemplaires numérotés sur Rivoli (250 exemplaires) : 35,00 €

Passionné de littérature, il en vient à proposer, d’abord dans de modestes cahiers juxtaposant photos et textes également allusifs, le récit des faits et gestes d’un peintre anonyme : ce matériel narratif l’autorise à se définir comme artiste-peintre, projetant ses problèmes, ses doutes et ses humeurs sur son double.
Présenté par Harald Szeemann à la « Documenta V » dans le cadre des Mythologies individuelles, Jean Le Gac est alors intégré dans un Narrative Art aux côtés de Boltanski, Messager ou Jochen Gerz.
Son travail rejoint progressivement la présentation classique de la peinture : photos et textes (eux-mêmes photographiés) s’organisent en panneaux encadrés, sans renoncer à l’aspect livresque (Le Peintre de Tamaris, 1989, Introduction aux œuvres d’un artiste dans mon genre, 1987).
Depuis 1981, il reproduit avec les techniques traditionnelles (fusain, pastels) des illustrations empruntées à la littérature populaire, qui permettent à son personnage de vivre de nouvelles aventures, toutes également stéréotypées, et complète ses images par des objets (machine à écrire, appareil photo, projecteur de cinéma) évocateurs d’une mise en scène ou d’une fiction qui n’en finit pas de mettre en abyme ses procédés : l’œuvre de Jean Le Gac s’élabore sur l’absence d’œuvre de son héros.
C’est donc à un long travail de représentation du peintre que se livre Le Gac et c’est le peintre à son tour qui va donner, par ses tribulations, sa réalité inaliénable et illimitée à la peinture.